Parks, attachez vos lacets !

Posté par:

Parks est un jeu de placement d’ouvriers randonneurs et de collection. Il célèbre les parcs nationaux des États-Unis et présente des œuvres d’art de la série Fifty-Nine Parks Print Series. Les joueurs incarnent deux randonneurs qui arpentent pendant un an, au fil des saisons, différents chemins de randonnée. Chaque parcours dure une saison et, à mesure que les saisons défilent, les parcours changent et se rallongent. À chaque tour, les joueurs envoient un de leurs randonneurs sur un parcours. Au cours de leur voyage, les randonneurs observent de magnifiques lieux et effectuent une action en y arrivant. Lorsqu’un randonneur atteint le bout du parcours, il peut dépenser les jetons qu’il a reçus pour visiter des Parcs et gagner des points. Votre objectif est d’avoir le plus de points possible à la fin de l’année grâce à vos parcs, photos et bonus personnels.

How To Play The Game ?

 

Mise en place :

Plateau & ressources : On place le plateau au milieu de tous les joueurs et les deux bacs à jetons à droite et à gauche du plateau afin qu’ils soient accessibles à tous. Chaque bac contient tous les types de jetons ainsi que les photos. Ils forment la réserve.

Parcs : On mélange toutes les cartes parks pour former une pioche. On prend les trois premières cartes pour les placer face visible sur les emplacements en haut du plateau. On place le reste de la pioche sur la zone en haut à droite du plateau.

Équipements : On mélange toutes les cartes équipement pour former une pioche. Les trois premières cartes sont placées face visibles sur les emplacements en bas du plateau. Le reste de la pioche est placé sur la zone en bas à droite.

Gourdes : On mélange les cartes gourde pour en distribuer une face visible à chaque joueur. C’est leur gourde de départ. On place le reste des cartes gourde face cachée sur la zone en haut à gauche du plateau.

Années : On mélange les cartes année et on en distribue deux à chaque joueur. Les joueurs choisissent l’une des deux comme bonus personnel pour l’année et défaussent l’autre face cachée. Seul le joueur ayant choisi une carte année peut obtenir les récompenses de cette carte à la fin de la partie s’il en a rempli les objectifs. Celles-ci doivent rester secrètes jusqu’au calcul des scores à la fin du jeu. Pour la première partie, on distribue une seule carte à chaque joueur.

Saisons : On mélange les cartes saison, pour les placer face cachée sur la zone saisons du plateau et révéler la première carte du haut de la pile.

Parcours : On place la tuile « début de parcours » le plus à gauche. On mélange les tuiles « lieux avancés » pour en mettre une au hasard avec les 5 tuiles « lieux de base ». On place toutes les tuiles à la suite l’une de l’autre et terminant par la tuile « fin de parcours ». Le reste des tuiles « lieux avancés » restent proches, elles seront utilisées par la suite.

Randonneurs : Chaque joueur reçoit 2 randonneurs (de la même couleur) qui sont placés sur le début du parcours. Il reçoit également un feu de camp qui lui permettra de pouvoir se placer sur une tuile déjà occupée.

Démarrer une saison :

Les quatre saisons correspondent aux quatre manches de la partie. Chaque changement de manche (et donc de saison) implique un changement dans le fonctionnement du jeu . Une manche prend fin lorsque tous les joueurs ont atteint la fin du parcours. On regarde le schéma météo de la saison affiché en bas à droite de la carte. En commençant par le 2eme lieu du parcours, on place les jetons indiqués par la carte sur le parcours, un par lieu de la gauche vers la droite. On répète simplement ce schéma le long du parcours et on arrête à son extrémité. On est prêt à commencer !

Déroulement d’un tour :

Le joueur avec le jeton 1er randonneur commence le premier tour de la saison. Lors d’un tour, un joueur choisit l’un ou l’autre de ses randonneurs et le déplace jusqu’au lieu de son choix en avançant sur le parcours, n’importe quel emplacement à droite de la position actuelle de ce randonneur. Lorsque le randonneur atterrit sur le nouveau lieu, le joueur effectue l’action du lieu. C’est ensuite au joueur suivant dans le sens horaire de jouer. Les tours s’enchaînent jusqu’à la fin de la saison. On ne pourra pas visiter un lieu déjà occupé par un autre randonneur (même un des vôtres) à moins d’utiliser notre feu de camp. Si un randonneur est le premier à atterrir sur un lieu avec un jeton du schéma météo, il l’ajoute à sa réserve en bonus en plus de réaliser l’action du lieu.

 

Animaux sauvages : Les animaux sauvages sont représentés par 12 jetons de forme et de tailles différentes mais tous sont considérés comme animaux sauvages. Comme l’indique leur nom, ils sont sauvages ! Ils peuvent être utilisés à la place de n’importe quel autre jeton pour visiter les parcs, prendre des photos, acheter des équipements ou réaliser l’action de la rivière.

Gourdes : Quand on pioche une carte gourde, on la place face visible devant nous du côté vide. Une gourde peut seulement être remplie avec une goutte gagnée pendant le tour où on a réalisé notre action. Quand on arrive à remplir la gourde, on peut directement effectuer son action.

Photos et appareil photo :  Certains lieux permettent de pouvoir choisir l’action « photo ». En l’activant, on paye deux jetons de son choix depuis sa réserve et on prend un jeton photo. Les photos rapportent 1 point chacune. Après en avoir pris une , on récupère l’appareil photo auprès du joueur qui le possède. Quand on a l’appareil photo, il faut en profiter. Lorsque l’on prend une photo , cela ne coûte plus qu’un jeton au lieu de deux. À la fin de la saison, le joueur avec l’appareil photo, peut prendre une photo à coût réduit. Certaines cartes d’équipement donnent aux joueurs plus d’occasions de prendre des photos en dehors de l’action du lieu, mais elles ne font pas récupérer l’appareil photo au joueur.

Fin du parcours :

La fin du parcours est une occasion pour les randonneurs de méditer sur leur voyage. Lorsqu’un randonneur fini son parcours, le joueur rallume immédiatement son feu de camp s’il est éteint, puis choisit l’une des 3 zones disponibles pour son randonneur et le place verticalement dans la fente libre la plus à droite de cette zone.

Réserver un parc : Pour réserver un parc, on choisi un des trois parcs disponibles sur le plateau ou on pioche la première carte de la pioche parks. On place la carte parks face visible horizontalement devant nous pour séparer ce parc de ceux déjà visités qui sont empilés verticalement. Si un parc a été réservé depuis l’emplacement du plateau, on révèle une nouvelle carte Parks de la pioche dans l’emplacement vide. Lorsque l’on effectue l’action visiter un parc, lors d’un prochain tour, on pourra visiter l’un de nos parcs réservés ou l’un des trois parcs disponibles sur le plateau. Le premier joueur à placer son randonneur ici gagne également le jeton « premier randonneur » comme avantage et place son randonneur sur l’icône associée à droite. N’importe quel nombre d’autres joueurs peuvent encore réserver des parcs ici, mais ils ne peuvent plus récupérer le jeton premier randonneur. Le jeton 1er randonneur vaut 1 POINT à la fin de la partie.

Acheter un équipement : L’équipement améliore notre voyage en offrant des avantages supplémentaires sur les lieux du parcours ou en rendant plus facile la visite de certains parcs. Pour acheter des cartes d’équipement, on place notre randonneur sur la zone . On sélectionne une des trois cartes équipement disponibles sur le plateau et on paye son coût en meeple soleil. Toutes les cartes équipement ont des capacités permanentes, et certaines ont une capacité immédiate qui s’active une seule fois lors de l’achat. L’équipement que l’on a acquis, est placé face visible devant nous afin d’utiliser ses capacités permanentes.

Visiter un parc : N’importe quel nombre de randonneurs peut occuper la zone visiter un Parc. Pour visiter un parc, on choisit un des trois parcs disponibles sur le plateau ou un de nos parcs réservés et on paye les jetons correspondants depuis notre stock vers la réserve. On prend la carte parks et on la place verticalement dans notre zone de score. Les points indiqués sur la carte parks sont comptabilisés à la fin de la partie. Les parcs peuvent être empilés en montrant leurs ressources et leurs points. Chaque fois qu’un parc du plateau est visité, on révèle un nouveau parc dans l’emplacement vide à partir de la pioche de cartes parks .

Fin d’une saison et fin de partie :

Une fois que les deux randonneurs d’un joueur atteignent la fin du parcours, celui-ci a fini la manche. Lorsqu’il ne reste qu’un seul randonneur sur le parcours, le joueur doit déplacer son randonneur à la Fin du parcours et choisir une action. Cela marque la fin de la saison, sur le plateau. On trouve sur le plateau ce qu’il faut faire à la fin d’une saison.

Lorsque la quatrième saison se termine, on peut encore prendre des photos avant qu’elle ne s’achève. Tous les joueurs révèlent alors leur carte année, puis marquent des points grâce à leurs cartes parks,
photos et bonus personnels validés de leur carte année. Le jeton premier randonneur rapporte 1 point supplémentaire au joueur qui le possède. Le joueur avec le plus de points à la fin est le gagnant de Parks !
En cas d’égalité, la victoire revient au joueur qui a visité le plus de parcs. S’il y a toujours égalité, la victoire est partagée.

Notre avis :

Autant dire que j’attendais Parks depuis très longtemps, très très longtemps même. La première fois où j’ai posé les yeux sur un de ses visuels, j’ai directement été intrigué. Intrigué par ses magnifiques illustrations et par la fraicheur qui se dégageait de cette boîte. J’ai eu une envie soudaine d’enfiler mes meilleures chaussures et de partir à l’assaut de la nature que le monde nous offre (au lieu de ça j’ai plutôt dû donner un biberon, changer une couche et chanter une chanson pendant 14 minutes. Mais ça, c’est une autre histoire!). Parks est une vraie invitation au voyage. Ceux qui aiment profiter de la beauté des jeux, de leurs atmosphères, ne seront pas déçus.

Oui mais et la mécanique dans tout ça ? Et si le jeu que j’attends depuis des mois était simplement beau mais sans saveur ? Et bien le jeu est fluide et très agréable à jouer. Ce que j’ai adoré est le déplacement avec ses randonneurs sur le parcours, qui en plus, changera et se réinventera à chaque saison. Ces déplacements sont beaucoup plus tactiques qu’il n’y paraît. « Et si j’avance jusque-là, j’ai le bonus de tuile dont j’ai besoin mais ça veut dire que je ne pourrai plus aller sur cette tuile-là ou bloquer mon adversaire en allant ici ». On est en constante réflexion afin d’optimiser au maximum ses chances de gagner. Pour ma part, Parks pourra également s’adapter aux profils des joueurs. On pourrait l’utiliser pour initier (c’est frais, rapide, beau et très accessible) ou pour affronter de plus gros joueurs (le parcours peut vraiment devenir tactique en optimisant au mieux ses déplacements, on peut réserver des cartes (à la Splendor), s’aider d’équipements, de gourdes ou tout simplement faire de l’ombre à ses adversaires en anticipant où ils veulent se déplacer).

La durée de vie du jeu est également très bonne. Le changement de saison, les équipements, les gourdes, les photos, les bonus d’années, les tuiles du parcours qui changent à chaque saison, font que chaque partie sera différente. Il fonctionne très bien à deux, trois ou quatre joueurs (je n’ai pas encore pu le tester à 5). Le jeu propose également un mode solo qui marche plutôt pas mal, où des cartes événements viendront pimenter la partie.

Ce qui saute évidemment aux yeux, ce sont ses magnifiques illustrations. Illustrations que l’on retrouve sur les cartes annexes, les tuiles parcours ou le plateau mais surtout sur les cartes Parks ! D’ailleurs, chaque carte Parks raconte un bout d’histoire. On y trouvera de vraies infos sur sa faune et sa flore. C’est super intéressant, on sent le travail bien fait ! Les meeples, eux, sont magnifiques et d’assez bonne qualité. Mention spéciale pour les meeples « animaux sauvages » qui sont, pour le coup, tous différents. Le thermoformage est tout simplement incroyable. Tout est calculé au millimètre près et chaque élément a son compartiment de prévu. Du travail d’orfèvre !

Vous l’aurez compris, Born To Play The Game est conquis par Parks. La fraicheur du jeu, la difficulté qui s’adapte aux joueurs, son thème original et son matériel impeccable, font qu’il ressort régulièrement. Matagot tape une nouvelle fois dans le mille.

Alors, laissez-vous happer par la petite brise de l’Acadia National Parks et ses couchés de soleil, par les Everglades et sa faune incroyable, par le Zion National Parks et les traces de ses ancêtres, ou encore par le Sequoia Parks et ses arbres les plus larges du monde, car vous irez où vous voudrez et c’est ça qu’on aime !

*La sortie en version française est normalement prévue pour juin.


On aime :

  • les illustrations magnifiques
  • le parcours qui peut vraiment devenir très tactique
  • la collection des jetons
  • les gourdes et équipements qui donnent plus de profondeur au jeu
  • le thermoformage parfait
  • les meeples animaux sauvages tous différents
  • la difficulté qui s’adapte aux joueurs
  • sa fraicheur et son thème original

On aime moins :

  • son prix qui pourrait en rebuter certains

Caractéristiques :

  • Note : 8.5/10
  • Nombre de joueurs : 1 à 5
  • Durée : 30min-1h
  • Prix : 49.95 €
  • Âge : à partir de 10 ans
  • Éditeur : Matagot
  • Auteur(s) : Henry Audubon
  • Illustrateur(s) : Fifty-Nine Parks Print Series
Partager
4

À propos de l'auteur:

Passionné de jeux de société ! "Ce n'est pas que j'aie vraiment peur de mourir, mais je préfère ne pas être là quand ça arrivera."

Commentaires

  1. TomTom  avril 16, 2020

    Eh bien Fabian, il me faisait de l’œil celui là et il trouvera très bien sa place entre Root et Everdell.
    Bravo pour ton article très bien écrit et les splendides photos ! Et en plein confinement c’est une vraie bouffée d’air frais.

    répondre
    • Fabian  avril 16, 2020

      Hey ! Merci Thomas 🙂
      J’espère en tout cas donner envie aux gens de le découvrir un peu plus.
      Merci beaucoup et à bientôt.

      répondre
  2. ExtraPaul  avril 19, 2020

    Bel article, belles photos qui rendent justice à un jeu qui a l’air magnifique.
    Et m…. j’ai envie de l’acheter maintenant!
    Jeu un peu cher? La qualité semble le justifier.

    répondre
    • Fabian  avril 20, 2020

      Oui, justifié, bien évidemment ! 😉

      répondre

Ajouter un commentaire